Gerald Kurdian

Après avoir sorti un premier album sélectionné parmi les disques de l’année 2010 par le quotidien Libération, Gérald Kurdian, musicien pop vainqueur du prix Paris Jeunes Talents, est repéré par le FAIR pour ses concerts obliques sous le nom de This is the hello monster ! Il travaille à l’utopie d’une pop surréaliste, à la fois inclassable et étonnante, parfois drôle, et souvent recherchée.

S’inspirant tout autant des expérimentations sonores de Laurie Anderson, des samplers habités de Matthew Dear que des mélodies émues de Sufjan Stevens, il bricole des ballades hantées, tantôt vastes, pastorales ou miniaturisées. Il déplie à coup de samplers, de voix, de claviers, un univers curieux, spectral et amusé, sensuel comme les mondes de Jay Jay Johanson.

Sur scène l’expérience demeure aussi riche que l’énergumène qui en a la paternité : accompagné de choristes fantômes, il projette sur des écrans diapos des îles artificielles.

Relevant le défi d’un concert hors-norme, surfant entre les vagues lo-fi d’un passage au 2×1000 et les arrangements d’une pop minimaliste et orchestrée.

Il poursuit aujourd’hui ses recherches et prépare un nouvel opus, La Solidité des Choses (The Strength of Things) où, mélant électroniques subtiles, mini-hip-hop et pop de chambre, se dresse le portrait d’une époque étrange partagée entre le réel de nos corps et le virtuel de nos images.

Pour l’occasion, il interprète Les Ministères, en duo avec Pierre Lapointe et invite le violon éclairé de son ami Chapelier Fou sur son morceau Celebration.

Combien de surprises nous réserve-t-il encore, pour le savoir il suffit de se laisser entraîner dans son chez lui, on y est si bien !