Siau

Plongez dans l’encre noire de la chanson française, de Bashung à Flavien Berger, de celle qui s’habille d’un brillant monochrome. Immergez cet héritage dans les productions intimistes et modernes de James Blake et Nicolas Jaar, et vous aurez une petite idée des vastes ambitions de Simon, la belle âme en peine de SiAu.
À lui seul, le chanteur, auteur et compositeur se montre capable d’harmonies vocales célestes qui flottent au-dessus des nuages, tandis qu’il décrit les visions et rêves de voyages qu’il réalise autant en solitaire qu’à l’envers.
De ses mots à lui, en français dans le texte, le voilà qui pénètre le cercle des Américains alternatifs féériques à la Grizzly Bear ou Bon Iver, de ceux qui mettent leur pop en lévitation sans jamais qu’on en voit les ficelles. Sur « Ce soir je sors », Simon démontre que le doute peut l’envahir mais qu’il reste capable de se consoler en accélérant sa pop intimiste afin de la lâcher sur le dancefloor, portée par des beats synthétiques et un piano humide, toute en mélancolie retenue et en euphorie galopante.
Mots contemplatifs sur trame électronique d’une grande humilité, SiAu imagine une pop à la beauté luxuriante : la relève d’un monde qui n’existait pas encore de ce côté de l’Atlantique.